Panier

Je fais mon savon

Il te faut
Des restes de savon ou des copeaux de savon de Marseille
Des huiles essentielles (pour l’odeur)
Des épices ou de l’argile (pour la couleur)
Du pavot ou des flocons d’avoine (pour la texture)
Une casserole, une cuiller en bois, des moules
Comment faire ?

Rien ne se perd, rien ne se crée tout se transforme !

Cette fameuse phrase de Lavoisier s’adapte aussi au savon… Tu peux facilement faire ton savon en recyclant des vieux bouts. Collecte-les, fais tout fondre à feu doux, et ajoute-z-y quelques gouttes d’huiles essentielles pour le parfumer. Pour obtenir de la couleur, joue avec les épices ou l’argile, et pour avoir un savon « exfoliant » (qui enlève les peaux mortes de la peau), tu peux ajouter du pavot ou des flocons d’avoine. Utilise des moules de récupération (pot de yaourt plastique bien rincé par exemple). Tu y coules ton mélange tiédi et tu attends le refroidissement complet avant démoulage !

Reportage. Atelier saponification à la MJC

Le savon solide, c’est plus écologique – et économique – que le savon liquide ! Ca tombe bien, c’est la spécialité de Chrystel Rostaing, à l’origine de la savonnerie albigeoise la Savonnerie aux Eclats. Chouette a participé à son premier atelier de fabrication à la MJC. Petit cours de rattrapage !

Attention ça fume, ça chauffe et ça peut brûler ! Si l’un des composants de base du savon est bien un produit dangereux, la soude, rassurez-vous : mélangée à de l’huile, elle se transforme intégralement par saponification. Au contraire, la Savonnerie aux Eclats ajoute même de l’huile en excès (qualité « surgras ») pour obtenir un savon très doux pour la peau, contenant naturellement de la glycérine – là où les savons industriels en sont très souvent débarrassés. C’est ce que nous avons appris, lors du premier atelier de la MJC animé par Chrystel Rostaing, à l’origine de la savonnerie basée à la Madeleine (Albi).

De la soude, de l’huile et beaucoup de patience !

Les huit participantes dont j’étais ont réalisé deux recettes : l’une au miel, l’autre aux huiles essentielles et à l’argile verte. Après quelques notions de base, et les règles de sécurité énoncées, nous démarrons les travaux pratiques : pesée des huiles, pesée et fonte des beurres (karité, coco), préparation de la solution de soude avec toutes les précautions possibles de sécurité (toujours la soude dans l’eau, et toujours la solution de soude dans les huiles)*, enfin mélange de la soude et des huiles à la même température. Nous mélangeons à l’aide d’un fouet et d’un mixeur (qui devra toujours être réservé à cet effet !). Lorsque le mélange épaissit (la trace), on peut enfin ajouter les huiles essentielles et l’argile. Le savon peut être mise en moule. Il ne sera démoulé qu’au bout de 24 à 48h, moment à partir duquel démarre la cure (période de séchage)…de 4 à 6 semaines ! Un savon, ça se mérite !

A noter

Pour connaître les prochains ateliers « Savon », contactez la MJC (05 63 54 20 67)

Sinon, les acheter tout faits, ça va plus vite !

Points de vente sur www.savonnerieauxeclats.com

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.